dimanche , 19 novembre 2017
Home > Article > #Azure – Operational Insight

#Azure – Operational Insight

On ne sait plus trop où donner de la tête… Depuis quelques mois maintenant, les produits évoluent a une vitesse qu’il nous est parfois, même à nous, difficile de ne rien manquer 😉

Ce qui est à mon sens un accélérateur incroyable à toutes ces solutions, nouvelles ou mises à jour: l’Analytique. Ce n’est pas faute d’avoir reproché à Microsoft depuis plusieurs années de ne pas avoir avancé sur ce que nous réduisions il y a encore quelques mois à de la simple BI. Mais dans le cas de toutes ces nouveautés, l’éditeur de Redmond ne se limite pas seulement à la visualisation, qui constitue souvent, à elle seule, une aide importante à la prise de décision. Nous parlons également de toutes l’intelligence rendue possible par l’élasticité du Cloud, et quand je parle de Cloud, je parle du CloudOS permettant la même élasticité aux systèmes qu’ils soient hébergés On Premises, dans Azure ou encore dans infrastructures opérées par des tiers. Cette élasticité et ce fameux mode Hybride permettant d’envisager d’exploiter Machine Learning pour faire apparaître des modèles statistiques sur les quantités impressionnantes de fichiers de log qu’il est souvent très difficile de suivre convenablement par le seul traitement humain.

C’est exactement dans ce cadre que Microsoft vient de mettre à disposition l’offre «Operational Insights» dans Microsoft Azure.

Je vais essayer de vous en faire une présentation dans le cadre très spécifique de la gestion des Opérations d’un environnement de production.

Activer le service

Pour commencer, il faut tout d’abord, comme pour tout service Azure, vous rendre dans le portail Microsoft Azure pour «Provisionner» le service.

Et une fois n’est pas coutume… C’est encore dans l’ancien portail Azure que cela se passe… Le nouveau portail portal.azure.com, ne faisant, pour l’instant, que renvoyer vers manage.windowsazure.com.

Sa création est extrêmement simple :

Depuis le menu « Nouveau », il suffit de sélectionner Création rapide pour « Operational Insights » dans la catégorie de service « APP SERVICES »

Vous aurez alors :

  1. à créer un nouveau compte, si c’est la première fois que vous utilisez ce service,
  2. choisir un nom unique pour ce service (URL permettant d’y accéder),
  3. choisir le Niveau de service (Sélectionnez Gratuit pour l’instant, vous pourrez toujours mettre le service à l’échelle ensuite),
  4. l’emplacement (je vous recommande de choisir le même emplacement que celui de vos Service Cloud et VM que vous souhaitez surveiller, nous allons voir plus loin pourquoi… Suspense)
  5. et enfin l’abonnement avec lequel ce service sera associé.

NIVEAU : Les différents niveaux offrent des fonctionnalités et des capacités différentes. Le niveau Gratuit a un certain quota de données analysées et conserve les données pour une période plus courte. Les niveaux Standard et Premium ne sont pas limités à un quota sur la quantité de données analysées et conservent les données plus longtemps. Vous pouvez changer de niveau à tout moment.

Une fois validé, vous pourrez sélectionner ce service dans la liste pour en effectuer le paramétrage.

Sur la page de tableau de bord, vous retrouvez les informations habituelles permettant d’administrer votre service :

Plusieurs raccourcis vous permettent de vous rendre à votre tableau de bord mais nous y reviendrons plus tard. Il nous faut pour l’instant associer à ce service, les différents stockages que nous allons utiliser pour conserver les informations de log.

Pour cela nous allons nous rendre sur la page « STOCKAGE » puis sélectionner le bouton ajouter qui se trouve dans la barre inférieure de l’interface :

Nous allons alors ajouter deux types de stockage en fonction de nos besoins. Un Conteneur pour les Journaux IIS et un autre pour les informations de type Événements pour les journaux serveurs. Vous apercevrez alors une troisième possibilité pour les Syslog (Linux) que je vous promets de revenir tester très bientôt dans le cadre d’un Cluster Hadoop que nous devrons très bientôt surveiller dans le cadre d’une expérimentation IoT.

Une fois ces stockages ajoutés, nous allons maintenant aller voir sur la page « SERVEURS » et la, fait intéressant, le fait que nous soyons dans le cadre d’un Abonnement Azure dans lequel des Machines Virtuelles Azure ont déjà été déployées, nous permet de lister ces systèmes.

Le fait que ces Machines Virtuelles se trouvent dans le même emplacement que mon service « Operational Insights », me permet même de lancer l’installation du client nécessaire sur les serveurs, depuis cette interface en sélectionnant simplement le serveur et en cliquant sur le lien se trouvant dans la partie inférieure de l’interface : « Activer Operationel Insights »

Ce client est simplement un Graber de logs et autres informations que nous rêverons plus tard dans cet article.

Dans la troisième page de l’interface, sous le nom « Mise à l’Échelle », nous retrouverons tout ce qu’il faut pour passer de la version gratuite limité en espace de stockage et donc en historique d’analyse, vers une version libre de ces quotas mais payantes.

Utiliser le service

Voyons maintenant à quoi ressemble NOTRE tableau de bord de « Microsoft Operations Management Suite »

Depuis notre interface, il suffit de cliquer sur le bouton « Gérer »  ou encore de vous rendre sur l’URL que vous aurez choisie lors de la création du service pour vous rendre vers la page suivante.

Cette page est un simple aperçu mais qui est encore bien vide pour l’instant. Mais vous pouvez y trouver un cadre d’assistant permettant de finaliser le paramétrage de votre tableau de bord des Opérations.

Cliquez sur ce cadre « Get started » pour vous rendre sur la page des paramètres.

 

Le paramétrage au travers de l’assistant, se passe en 3 parties, très simples à réaliser :

  1. Le choix des Solutions à utiliser
  2. La connexion aux sources et donc des systèmes à analyser
  3. Et enfin les logs que nous souhaitons analyser de manière plus particulièrement comme nous le ferions dans l’analyseur de performance de Windows.

Depuis cette première page de paramétrage, j’ai choisi de conserver les propositions par défaut dans un premier temps. Mais les noms des applications me semble extrêmement prometteur 😉

Il vous sera possible ensuite d’ajouter ou de retirer chacune de ces solutions si vous le souhaitez.

Puis vient ensuite les connexions aux systèmes et dispositifs que nous souhaitons intégrer à notre tableau de bord.

Dans la mesure où nous avions déjà ajoutés les serveurs ainsi que les conteneurs de Stockage, nous les voyons déjà apparaître sur cette page. Mais depuis cette interface, nous avons toutes les informations nécessaires pour télécharger le client à déployer sur les serveurs à monitorer ainsi que l’interface de connexion a un System Center Operations Manager qui pourrait déjà exister dans vos infrastructures.

Dans le cas de l’installation du client, c’est encore la simplicité qui comme moi vous surprendra probablement. Next, Next, Next… Juste les différentes clés à entrer pour sécuriser la connexion… ET le tour est joué

Simple!? Oui mais surtout si on a pensé a publier les bon ports de communication dans notre Firewall bien aimé!

Une fois ces Servers correctement attachés ou simplement connectés à mon tableau de bord, je vois que la seule partie qui me manque encore c’est de personnaliser les indicateurs de performance que je souhaite ajouter dans la liste qui m’est proposée> Mais nous reviendrons sur ce paramétrage un peu plus loin dans cet article.

Pour l’heure, allons jeter un œil au premier résultat de ce tableau de bord.

Depuis la page « Overview », l’idée est de faire comme dans PowerBi qui (Comme c’est étrange…) ressemble beaucoup à nos tableau de bord dans Operational Insights… Le hasard n’existe pas 😉

Pensez à laisser quelques heures voir 1 ou 2 jours pour voir apparaître des informations dans certaines des solutions.

Depuis cette page l’idée est d’avoir un aperçu haut niveau des différentes solutions que j’ai choisie de déployer.

Nous commençons alors à percevoir la puissance du service proposé par Microsoft… Monter des tableaux de bord très opérationnels, très rapidement, très simplement…

Dans le cas que j’ai choisi de vous présenter, je n’utilise que des machines Windows et des VM dans Azure… Mais il va de soi que ce système fonctionne, grâce au client, sur n’importe quel serveur Windows ou qu’il soit hébergé pour peu qu’il soit connecté au service Azure. Mais je vous proposerai dans de futurs scénarii, d’utiliser ce service dans plusieurs petit projets comme par exemple faisant appel à des capteurs Arduino et RaspBerry Py.

Additionnelement, ces données étant disponibles dans Azure, il est évident que de plus en plus de solutions seront en mesure d’exploiter Machine Learning et donc de faire apparaître des modèles statistiques susceptibles de se reproduire et permettant ainsi d’apporter de la prédictibilité dans la gestion des opérations.

Un autre exemple avec la gestion des Backup Azure.

Cette galerie de solution est, comme dans la plupart des services Azure, extensible.

A partir du bouton +- situé dans la partie gauche de l’interface, vous accédez au catalogue de toutes les solutions disponibles. Avec celles particulièrement intéressantes d’AD Assesment, SQL Assesment, … et demain peut-être Information and Document Assesment ou encore Data Lost Protection (DLP) Assesment…

Le principe étant que sur la base de cet assesment, certaines options de remediation soient disponibles directement depuis le tableau de bord. Genre : Pensez à désactiver l’autogroth sur les bases SQL de ma ferme SharePoint… Machine Learning pouvant être en mesure de comprendre que vu la configuration des machine, c’est d’une ferme SharePoint que nous opérons et proposant alors des remediations cohérentes.

Personnaliser le service

Dernière partie de cet article… Le tableau de bord personnalisé… Parce que le tableau d’aperçu n’est qu’une porte d’entrée vers des tableaux de bord plus personnalisés, le bouton My Dashboard dans la partie gauche de l’interface vous envoie vers une page blanche que vous pouvez totalement personnalisé en ajoutant des indicateurs de performance choisis depuis une liste ou en y ajoutant des informations des Journaux de log.

Voici un exemple des informations que vous pourriez trouver dans l’AD Assesment vous permettant de construire votre propre tableau de bord personnalisé.

Pour ressembler a quelque chose comme ça :

Bref : Un service simple et rapide a mettre en place pour accompagner toutes vos livraisons d’infrastructures dans Azure. Qui plus est, vous pouvez même le proposer gratuitement dans un premier temps pour laisser vos utilisateurs ou vos clients découvrir et se familiariser avec l’environnement.

Si vous souhaitez en savoir plus : http://azure.microsoft.com/en-us/documentation/articles/operational-insights-log-collection/

Dans un prochain article, je vous montrerai comment je l’utilise pour des environnements SharePoint 2013 hébergés dans Azure pour un de mes clients 😉

 

About Nicolas Georgeault

Fort de plus de 20 ans d’expérience dans la gestion de la connaissance et dans le design des portails et des architectures d’information plus particulièrement dans le contexte des réseaux sociaux dans un contexte de l’entreprise, Nicolas Georgeault se spécialise aujourd’hui dans la capitalisation de l’intelligence collective de ses clients. Au travers du centre de recherche MuBrain spécialisé dans l’intelligence collective étendue également à l’intelligence artificielle et dans le développement des outils It4.Me, il se concentre aujourd’hui sur l’analyse et de l’écriture automatisé du contenu des réunions et conversations.
MVP SharePoint Server pendant 6 ans, il est aujourd’hui honoré d’être MVP Office Server and Services depuis 2 ans.
Sa vision du futur et ses qualités de conférenciers l’amène régulièrement à partager ses connaissances dans plusieurs ouvrages et publications web ainsi que régulièrement lors de plusieurs conférences et groupes d’utilisateurs au Canada mais également en Europe et aux Etats-Unis.

Check Also

Les premiers pas avec Office365? Retour aux fondamentaux…

C’est un peu de notre faute, à nous « Technologues », mais quand nous pensons et parlons …